Notre sélection horlogère du mois

La Submersible de Mike Horn.

À ses débuts Panerai était une marque d’instruments horlogers submersibles, utilisés exclusivement par la Marine Italienne. Aujourd’hui Panerai perpétue l’ADN de la marque en présentant de nouveaux concepts de produits ainsi que des expériences spectaculaires. La série qui nous a interpellé est la Submersible Mike Horn. Cette montre de plongée professionnelle a été créée selon un procédé de fabrication innovant, plus respectueux de l’environement. Ainsi, le boitier, le pont protège couronne, la lunette et le fond de boite sont en eco-titanium. Tandis que le bracelet à la fois léger et robuste est fait dans un plastique recyclé. Mike Horn, explorateur de l’extrême signe le fond de boite en hommage à la beauté des océans, qu’il est indispensable de préserver. Ce garde temps a été fabriqué en 19 exemplaires. Elle offrira à ses propriétaires la possibilité de vivre une expérience hors du commun avec Mike Horn. Ainsi, dans le but de mesurer toute l’importance de la préservation des océans et l’environnement, la livraisons de ces 19 pièces s’effectuera lors d’une expédition en Antarctique, avec Mike Horn.

 

 

La Santos de Cartier se met à nu.
Sculpturale, la Santos de Cartier est à présent disponible en version squelette. Chacun de ses composants a été
évidé jusqu’à la limite de sa résistance, offrant à la pièce un véritable bain de lumière qui se diffuse au sein de son
calibre manufacture. Créée en 1904 pour l’aviateur Alberto Santos-Dumont, la nouvelle montre Santos de Cartier s’inscrit dans son temps, évolutive et innovante. Inchangée, la forme carrée en lien avec la géométrie parisienne de l’époque prône l’épuré et la symétrie, métaphore des quatre coins vifs de la Tour Eiffel. Il en va de même pour les huit vis de la lunette fonctionnelles, elles sont le reflet d’une architecture urbaine en plein essor qui introduit la mécanique et l’acier dans toutes ses structures monumentales. Son bracelet évolue également. Acier, or, cuir de veau ou d’alligator, toutes les versions s’interchangent grâce au système QuickSwitch, dont le mécanisme invisible se fond dans l’architecture du boîtier. Situé sous le bracelet, il s’actionne d’une simple pression. S’y ajoute la mise à taille du bracelet métal au maillon près, grâce au système SmartLink. Il permet le réglage par soi-même et sans outil de la longueur du bracelet. Chaque maillon SmartLink est équipé d’un bouton-poussoir qui permet de
déloger la barrette de fixation et de retirer ou, d’ajouter un des maillons de metal.

 

 

Un Quantieme perpetuel IWC Furtif 

Son mouvement, déjà, est aujourd’hui un authentique Quantième Perpétuel, complication de Haute Horlogerie capable d’exprimer les jours, dates, mois et années (même bissextile) sans correction jusqu’en 2100. Ce calibre 52615 offre en outre une réserve de marche de sept jours. Les composants de sons système de remontage sont en céramique, résistants à l’usure. Grâce à la synchronisation de tous les affichages, la montre se règle facilement
et uniquement par sa couronne. Son boîtier, ensuite : il est aujourd’hui réalisé en céramique. Son éclat doux offre un parfait contraste avec le cadran bleu luminescent. De surcroît, la céramique offre un look résolument moderne, mais aussi un résistance a toute rayures. Le nom de ce modèle inédit, «Rodeo Drive», fait écho à l’adresse de la boutique
IWC de Los Angeles.